Aphaenogaster koniari

Every Ant Tells a Story - And Scientists Explain Their Stories Here
Jump to navigation Jump to search
Aphaenogaster koniari
Scientific classification
Kingdom: Animalia
Phylum: Arthropoda
Class: Insecta
Order: Hymenoptera
Family: Formicidae
Subfamily: Myrmicinae
Tribe: Stenammini
Genus: Aphaenogaster
Species: A. koniari
Binomial name
Aphaenogaster koniari
Cagniant & Galkowski, 2013

Aphaenogaster koniari q.jpg

Aphaenogaster koniari m.jpg

Cagniant & Galkowski (2013) - Les nids, peu profonds (30 à 40 cm), sont généralement situés sous les pierres ; le plus gros contenait une population estimée à 600-800 ouvrières et une bonne centaine de larves lors de sa découverte. Des débris d’insectes divers se trouvaient dans les nids. Aphaenoaster koniari abrite plusieurs Coléoptères myrmécophiles : il s’agit de représentants des genres Ptomaphagus, Eretmotus, Haeterochara ou Piochardia) (KONIAR, comm. person.).

Identification

Cagniant & Galkowski (2013) - A. koniari se rapproche des espèces Aphaenogaster testaceopilosa (d’Algérie) et Aphaenogaster baronii (du Moyen Atlas marocain) par la présence de peu ou pas de stries transverses à la base du gastre.

Ouvrières: peu de différences à première vue; A. testaceopilosa présente aussi des épines développées et des rides distinctes. Cependant, la taille est un peu moindre (5,5 - 7,2 mm); pas ou au plus une ou deux stries transverses à la base du gastre (« type tp » CAGNIANT, 1988, fig. 2); épines en moyenne plus courtes (indice des épines : 1,34 - 1,563 ± 0,078 - 1,87; n = 28); les rides sur le tronc, et en particulier sur les flancs, sont moins fortes. Reine: sculpture moins accentuée que chez koniari, épines moins massives. Mâles : longueur corps : 5,0 - 6,2 mm. Chez testaceopilosa, les yeux sont plus grands (diamètre oeil = 0,51 - 0,56 mm; diam. oeil/longueur tête = 0,48 - 0,497 - 0,52; n = 10). La tête dans son ensemble paraît plus large que longue: longueur tête/largeur au niveau des yeux = 0,88 - 0,913 - 0,95 (n = 10). Le scape est plus court: longueur scape/largeur tête = 0,50 - 0,517 - 0,54 (n = 10). La face dorsale du propodeum est lisse dans sa partie médiane et il n’y a pas de rides dans l’intervalle des carènes médiaires, lesquelles sont peu élevées. Conformation des genitalia peu différente (dessin de la valve moyenne d’ A.testaceopilosa dans CAGNIANT, 1988, p. 49, fig. tp).

Distribution

Distribution based on Regional Taxon Lists

Palaearctic Region: Morocco (type locality).


Distribution based on AntMaps

AntMapLegend.png

Distribution based on AntWeb specimens

Check data from AntWeb

Habitat

Biology

Castes

Nomenclature

The following information is derived from Barry Bolton's New General Catalogue, a catalogue of the world's ants.

  • koniari. Aphaenogaster koniari Cagniant & Galkowski, 2013: 176, figs. 1-6 (w.q.m.) MOROCCO.

Unless otherwise noted the text for the remainder of this section is reported from the publication that includes the original description.

Description

Worker

Longueur du corps : 6,0 - 8,9 mm. Noire, articulations et tarses brun-rougeâtre foncé. Avant-corps plutôt mat, gastre moiré. Pilosité blanche, épaisse, assez raide, dressée ou subdressée ; les soies sont plus ou moins épaisses selon leur localisation et plus ou moins nettement tronquées au bout ; elles atteignent 0,16 mm sur le tronc, 0,20 mm sur le postpétiole, 0,13 mm sur le gastre (où elles sont plus fines) et 0,14 mm sur les tibias. Tête rectangulaire, se terminant par un large arrondi vers l’occiput qui est moitié moins large que la largeur maximale de la tête en arrière des yeux, lesquels sont petits (moins de 1/6 de la longueur céphalique). Les mandibules sont finement ridées en éventail ; sur le dessus de la tête, les rides se distinguent de la réticulation de base et dessinent des mailles allongées. Le dessus du thorax porte également des rides agencées en mailles allongées, bien visibles sur la réticulation ; sur les flancs, les rides deviennent encore plus nettes sauf sur le mésépisterne qui est seulement réticulé. L’avant du propodeum est ridé en travers mais il ne reste que la réticulation entre les épines. Celles-ci sont grandes, nettement plus longues que leur intervalle, peu relevées (10 à 30°), minces et pointues, souvent incurvées en dedans. La suture mésopropodéale forme un sillon bien enfoncé qui échancre visiblement le profil dorsal, car le propodeum est bombé en arrière (il est plat chez les espèces voisines). Pétiole et postpétiole superficiellement réticulés, rides peu distinctes. Le pétiole est caractéristique avec son sommet un peu aplati et incliné en arrière (généralement en pain de sucre ou arrondi chez les espèces voisines). Le postpétiole a ses faces antérieure et postérieure à peu près égales (la face antérieure généralement plus longue chez les espèces voisines) ; vu de dessus, il est un peu piriforme, avec sa plus grande largeur vers l’arrière. Gastre finement strié ; la disposition des stries est celle que nous avons définie comme le "type F" (CAGNIANT, 1994, fig. 4), c’est-à-dire avec 3 ou 4 stries transversales à la base du gastre, prises en écharpe par des stries qui s’orientent longitudinalement et descendent droit sur la partie médiane du premier tergite ; latéralement, d’autres stries se disposent de manière concentrique, en "empreinte digitale". Les scapes sont réticulés, finement ridulés en long; massue de 5 articles mais le premier (donc le 7 ème sur le funicule) n’est pas aussi développé que les quatre suivants. Les pattes sont assez luisantes, car la réticulation y est très superficielle.

Queen

Longueur du corps : 10,8 mm. Noire, appendices brun sombre. Pilosité blanche dense sur tout le corps, fine, pointue au bout. Tête, alitronc et pétioles fortement sculptés, assez mats; gastre strié.

La tête est presque aussi large que longue, l’occiput bien arrondi. Les mandibules fortes, finement ridulées. Toute la tête est ridée en long; des rides bien nettes s’écartent en éventail entre les antennes jusqu’au niveau de l’ocelle antérieur; plus en arrière, elles s’atténuent et se segmentent ou forment des mailles plus ou moins larges. Les flancs de l’alitronc sont fortement ridés en long; les rides remontent sur le prothorax où elles deviennent transverses et en mailles. Sur le scutum, elles divergent à partir du notaulus puis deviennent transversales et un peu sinueuses sur la moitié postérieure. Le scutellum n’a que de petites rides en éventail. Dessus du propodeum bien ridé en travers ; de profil, on voit que les rides longitudinales du métépisterne remontent sur le propodeum; même la face externe des épines est ridulée. Le thorax est bas, avec un pronotum bien développé tandis que le mésonotum fait moins que la moitié de la longueur de l’alitronc; le scutellum est petit, ne débordant pas sur le segment suivant. Le métanotum se réduit à une bande étroite (0,11 mm). Les moignons qui subsistent laissent à penser que cette reine avait des ailes, mais petites (à l’instar d’Aphaenogaster testaceopilosa) ou vestigiales vu le faible développement du scutum et du scutellum. Le propodeum forme un peu moins du tiers de l’alitronc; sa face dorsale descend en pente douce vers l’arrière et sa face basale tombe ensuite presque à la verticale. Les épines sont fortes, épaisses, arrondies au bout.

Pétiole assez élevé, arrondi au sommet; il est finement ridé-réticulé avec des rides confuses sur son sommet. Sur le postpétiole, les rides sont plus nettes et concentriques; vu de dessus, sa plus grande largeur se situe près de la base.

Gastre relativement volumineux: 3,6 mm de long et 2,9 mm de large. Le premier tergite est couvert d’une striation qui se dispose concentriquement autour de l’articulation avec le postpétiole (une quinzaine de stries) et forme latéralement des figures "en empreintes digitales".

Male

Genitalia

Longueur du corps: 5,6 - 6,6 mm. Noir, articulations et tarses brun rougeâtre; ailes hyalines. Pilosité blanche abondante et fine. Yeux et ocelles assez bien développés. Scape antennaire plus grand que les 2 premiers articles du funicule (qui sont à peu près égaux). Tête, alitronc et noeuds finement réticulés, subluisants, sans rides; mésépisternes et côtés des pétioles lisses et luisants ; dessus du propodeum faiblement réticulé. Ce propodeum est allongé (il constitue un peu moins du tiers de l’alitronc) et descend en pente douce vers l’arrière, la flexure médiaire très peu marquée et la face déclive très brève. Deux carènes hérissées de soies terminent la face basale du propodeum et la "vallée" entre elles est soulignée de 5 - 6 rides semi-circulaires. Pétiole anguleux, avec une face supérieure aplatie; postpétiole assez bas, arrondi, les 2 faces égales.

Genitalia: Longueur (lamina annularis incluse): 0,80 - 0,94 mm. Jaune brunâtre. Plaque sous-génitale (PS) légèrement échancrée au sommet. Valve externe avec une soixantaine de soies apicales. Valve moyenne (VM) à digitus courbé en demi-cercle et cuspis droit, assez épais ; le bord dorsal forme un renflement; l’angle du calx [talon] au bord inférieur est aigu. Valve interne (VI) ovale avec un long apodème un peu courbé; les dents sont bien développées, pointues et inclinées en arrière. Ces formes varient très peu sur les 3 individus que nous avons disséqués.

Type Material

Taforalt, Beni-Snassen; 708 m ; le 1 VII 2012. Holotype: 1 grande ouvrière; paratypes: 4 ouvrières, 1 reine et 2 mâles. Dépôts en Musées: holotype et 1 paratype mâle dans la Collection F. Santschi, Muséum de Bâle; 1 ouvrière et un mâle paratypes au Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris.

Etymology

Dédiée à Peter Koniar qui nous a envoyé le premier échantillon de cette nouvelle espèce en 2010.

References